Ce que j'aime...

Ce que j'aime...

10. Le printemps en MTC

 

 

 

Le climat associé au printemps : Le vent.

La caractéristique majeure du vent est la mobilité. Lorsque les fonctions du foie et de la vésicule biliaire (organes associés au Bois) sont équilibrées, le désir de créer se fait sentir : jaillissement d'idées, mobilité d'esprit, besoin de mouvement et de changement. Mais de cette vivavité, nous en faisons aussi l'expérience lorque nous subissons l'attaque du vent. Les symptômes peuvent être alors violents : douleurs aiguës, maux de tête, fièvre, frissons... Le déplacement constant de la douleur (tantôt à droite et tantôt à gauche) est un signe typique de la perturbation de l'énergie Bois dans notre corps : crampes aux mollets, douleur d'épaules...

 

L'attaque perverse du vent s'effectue par l'intermédiaire de la peau. Le vent pénètre particulièrement par les "points du vent", situés dans la nuque et le haut des épaules. Aussi, est-il judicieux de porter un châle ou une écharpe les jours de grand vent. Pensez à couvrir le haut du dos et la nuque, surtout si l'on se sent fatigué et vulnérable.

 

 

Le mouvement.

Comme nous l'avons déjà vu, le foie et la vésicule biliaire sont les organes associés à l'élément Bois et au printemps. Selon la loi des correspondances précédemment présentée, du bon fonctionnement de ces organes dépendent l'élasticité  et la vigueur musculaire et tendineuse.

 

 

 

 

Aussi, toute activité physique privilégiant les étirements musculaires permettra à l'énegie du foie de circuler plus librement. Les muscles consommant beaucoup d'oxygène, il est important d'accompagner ces exercices de profondes respirations. Enfin, il est nécessaire de garder à l'esprit que, même si le printemps est Eveil et l'envie de bouger omniprésente, nous devons y répondre de façon modérée. Gardez à l'esprit l'image du chat qui s'étire à fond, tout en souplesse et en lenteur, de la moustache jusqu'au bout de la queue... l'étirement parfait !

 

Souplesse, lenteur, volupté de l'étirement !!!

GARDEZ LE CHAT EN VOUS !!

 

 


 

Le psychisme et les émotions liées au printemps.

Le foie et la vésicule biliaire sont les organes liés au printemps et à l'élément Bois. Au Foie revient  le pouvoir de planifier et de décider.

L'esprit d'initiative et l'engagement dépendent de la vésicule biliaire.

 

L'impatience, la colère seront le lot d'un Foie déséquilibré alors que la rage et la colère réprimée reflèteront un déséquilibre de la vésicule biliaire.

 

Le sentiment de frustration, l'insastisfaction et la jalousie sont autant d'expressions pouvant émaner de ces organes.

 

Le Foie est le réceptacle de nos émotions. Il est le premier organe à subir les agressions des émotions perturbatrices. Son lien particulier avec le Coeur permet d'envisager toutes les perturbations sévères que peut engendrer une vie émotionnelle perturbée. Une vie sociale, affective ou professionnelle déréglée, perturbée, déséquilibrée, pourra se traduire par une montée de l'énergie du Foie vers le haut du corps. Cette énergie, à la longue, se tranformera en Feu et en chaleur qui viendront par la suite perturber les fonctions mentales et le sommeil, provoquant agitation, confusion, nervosité, sautes d'humeur, pertes de mémoires, réveil fréquents et insomnies.

 

 

 

Le corps manisfestera alors son dérèglement par des problèmes de peau, une mauvaise digestion, de l'oppression, des palpitations, des douleurs diverses et une forte tension musculaire. Naissent alors des contractures et des douleurs musculaires en réaction au stress. Elles sont une reaction de contrôle inconscient de notre corps face à une situation donnée. Et ceci est normal car n'oublions pas que c'est le Foie qui régit les muscles et les tendons ! Ces tensions provoquent, à la longue, une stagnation de l'énergie qui elle-même empêche la transformation de l'énergie.

 

 

 

La pratique la plus assidue possible d'exercices de relaxation, de Qi Gong, Do-In, Tai-Chi, Yoga, Shiatsu peuvent aider considérablement à dénouer ces tensions. Le travail sur le corps permet de renforcer les différents énergies, aidant ainsi à faire face aux situations avec plus de lucidité et d'apaisement.

 

En conclusion :

Les émotions sont un terrain de jeu, parfois plaisant, parfois douloureux. Elles permettent la transformation, l'action, la création. Le bâtisseur que nous sommes a le choix. Il peut décider de ne rien faire, ne rien changer, de subir ou bien de transformer.

 

Je vous propose pour terminer la lecture de ce petit poème à méditer, de Portia Nelson, cité par Rinpoché dans "Le livre tibétain de la Vie et de la Mort".

 

Je descends la rue...
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je tombe dedans.
Je suis perdu...je suis désespéré.
Ce n’est pas ma faute.
Il me faut du temps pour en sortir.

 

 

Je descends la même rue.
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je fais semblant de ne pas le voir.
Je tombe dedans à nouveau.
J’ai du mal à croire que je suis au même endroit.
Mais ce n’est pas ma faute.
Il me faut encore longtemps pour en sortir.

 

 

Je descends la même rue.
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je le vois bien.
J’y retombe quand même...c’est devenu une habitude.
J’ai les yeux ouverts.
Je sais ou je suis.
C’est bien de ma faute.
Je ressors immédiatement.

 

 

Je descends la même rue.
Il y a un trou profond dans le trottoir :
Je le contourne.

 

 

Je descends une autre rue...

 

 

 

 

 



01/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres